Mon parcours et mes outils

Vous êtes ici: Accueil / Mon parcours et mes outils

Voici quelques uns de mes outils, que je combine dans ma pratique, au gré des besoins:

  • Diagnostic infirmier basé sur ma formation bio-psycho-sociale
  • Allaitement maternel
  • Nutrithérapie
  • Aromathérapie
  • Light coaching

Mes diplômes et certifications:

Je suis née en 1976, pendant la canicule. Mes parents étaient déjà relativement âgés et il était de mise de ne pas laisser une femme de plus de 35 ans accoucher: utérus trop vieux, disaient les gynéco de l’époque.

Je suis donc née par césarienne, d’une maman sous anesthésie générale. Séparée d’elle dès ma première journée de vie.

On pensait que les bébés ne se souviennent pas de ces séparations mais crois- moi, elle est inscrite au plus profond de ma personnalité et a conditionné beaucoup de comportements destructeurs, dans ma vie.

J’en ai pris conscience en lisant le livre percutant de Jean Liedloff, Le concept du Continuum, à la naissance de ma fille aînée.

J’ai revécu ces moments, tu sais… une de ces expériences sensorielles hypnotiques que le pouvoir de certains mots peut générer.

C’est de ce moment que je date le début de mon chemin de (re)construction.

Ma scolarité n’a pas été brillante, en partie parce que je m’ennuyais monstrueusement sur les bancs de l’école. Je ne parvenais pas à y trouver les réponses à mes questions ni la nourriture intellectuelle dont j’étais avide de me nourrir.

En partie aussi parce que mon contexte familial était emprunt de violences physiques et psychologiques qui m’ont fait grandir dans un climat de peur et d’angoisse permanent. Je n’étais pas une petite fille bien dans ma tête et je ne l’ai pas été avant longtemps.

A l’âge de 17 ans, j’ai eu l’occasion de remporter un concours organisé par une agence de Coopération au Développement qui n’existe plus aujourd’hui, je pense. Je suis donc partie au Burundi dans le cadre d’un de leur programme de coopération.

C’est au cours de ce voyage que j’ai choisi ma voie: changer le monde soigner.

Après le décès de ma mère, un an plus tard, j’ai passé 2 ans dans un brouillard épais puis je me suis inscrite en soins infirmiers à l’ULB. A l’issue de mon baccalauréat, je me suis spécialisée puis j’ai commencé à travailler aux urgences de l’hôpital Saint-Pierre, à Bruxelles. Une relation bien toxique a fait de ces années des années de galère, tant professionnellement (ne jamais avoir de relation sur son lieu de travail) que personnellement.

Heureusement, après la pluie le beau temps et vers la trentaine, j’ai commencé à connaître le goût du bonheur. La naissance de notre fille aînée, en 2007, est venue me bousculer et m’obliger à être cohérente entre mes valeurs et mes actes.

Mon changement de cap, toujours dans le but de générer plus d’harmonie et d’autonomie dans ma vie s’est amorcé après ce tsunami.

Ma fille est née comme moi, par césarienne.

N’y cherche pas de hasard, il n’y en a pas.

Nous n’avons jamais été séparée mais elle en garde une plus grande fragilité, malgré 3 ans d’allaitement.

Définitivement, les enfants nés par césarienne ont une flore fragile. Elle s’est retrouvée, à l’âge de 3 ans, résistantes aux antibiotiques. C’est cet événement qui m’a poussé vers l’aromathérapie. Aujourd’hui, elle n’a plus pris le moindre antibiotique depuis l’âge de 3,5 ans et n’a plus fait d’angine depuis l’âge de 5 ans.

A sa naissance, je me suis également formée à l’allaitement maternel. Et quand on s’intéresse à l’alimentation optimale du bébé, on finit par s’intéresser à l’alimentation du bambin, puis de l’enfant puis de l’adulte…

Ma fille cadette a commencé à montrer des signes d’autisme léger, vers 2 ans.

Elle ne parlait pas, refusait d’interagir avec d’autres que nous, marchait sur la pointe des pieds (qu’est ce que j’ai pu faire comme cauchemars, avec cette démarche..).

Mes recherches personnelles m’ont mené sur la piste alimentaire.

Pas question de reprendre des études de diététique et de retomber dans le vieux paradigme encore et toujours enseigné dans les écoles.

Mes recherches m’avaient suffisamment alertée sur le fait qu’aujourd’hui ce sont les « alternatives » qui sont scientifiquement les plus à la pointe de la recherche.

(Pas toutes, hein, on est d’accord… il faut pouvoir trier 😉 ). De façon empirique et autodidacte, j’ai viré gluten, produits laitiers, additifs et autres produits transformés de notre alimentation. Les résultats ne se sont pas fait attendre…

Je me suis alors inscrite au CFNA, en 2016. Avant, ça aurait été galère: 3 enfants en 4 ans, c’est du sport.

Surtout quand on opte pour l’instruction en famille.

Aujourd’hui, j’ai quitté le milieu hospitalier et je travaille en tant qu’indépendante, en faisant des soins à domicile. Ne cherche pas: il n’y a définitivement pas de hasard.

Une de mes valeurs principales est l’autonomie. Toute l’éducation et l’instruction que nous offrons aux enfants sont tournées autour de l’autonomie et du développement personnel. La pédagogie Montessori m’a ouvert un champ de possibles extraordinaire. J’ai donc réussi à retrouver un sens à mon métier de base en aidant nos anciens à rester autonomes le plus longtemps possible.

L’instruction en famille et le choix de quitter le milieu hospitalier sont les 2 décisions qui font partie de celles que j’ai dû prendre pour être alignée.

C’est en 2017 que j’ai commencé à bloguer et à partager mes compétences sur Facebook afin de t’en faire bénéficier 🙂

Puis je me suis lancée dans un tout nouveau défi: développer de nouvelles offres de service afin de t’accompagner sur ton propre chemin de reconstruction.