Comment manger anti-inflammatoire

Comment manger anti-inflammatoire

Bon bref, c’est très technique tout ça et finalement, sauf pour les passionnés (non, pas les pensionnés, je t’ai entendu!) comme moi, la seule question que tu te poses est: je mange quoi, moi?

Tu évites les facteurs pro-inflammatoires.

Alimentation trop riche en viandes:

La viande est une source majeur de fer et d’acide arachidonique, deux facteurs pro-inflammatoires. Elle contient également trop de leucine, qui stimule mTOR, et donc l’inflammation.

Alimentation trop riche en produits laitiers et maïs:

Riches en leucine et en oméga6, donc pourvoyeurs d’acide arachidonique. Bref, identiques à la viande.

Alimentation trop riche en acide gras saturés, trans et oméga6.

Alimentation trop riche tout court:

Un apport calorique élevé est pro-inflammatoire, plus tu manges, plus tu stimules mTOR, le dieu avec son marteau le chef d’orchestre de l’inflammation.

Un apport calorique moindre est l’un des secrets de la longévité en bonne santé. As- tu remarqué? Les centenaires ne sont pas en sur-poids…

Tu manges anti-inflammatoire.

Penses à la triade religieuse…la triade anti-inflammatoire, c’est :

  • Magnésium,
  • Oméga3
  • Polyphénols 😉

Donc, tu manges beaucoup d’oméga3 et des végétaux à profusion car ils sont riches en antioxydants et polyphénols, pauvres en fer et en leucines.

Imagine un peu… les marqueurs de l’inflammation augmentent en moyenne pendant 2 à 6h après un repas. Comme tu manges 3x/j, si ton repas est très inflammatoire, les marqueurs de l’inflammation ne peuvent jamais descendre.

D’où ton inflammation chronique.

Tu prends aussi ton magnésium, en quantité suffisante et quotidiennement: il est anti-inflammatoire, il réduit l’activité des globules blancs et il inhibe le passage du fer dans les cellules.

Quels polyphénols?

Ben… tous!

Mais ceux que tu peux, dès demain, facilement intégrer à tes journées sans changer complètement ton alimentation:

  • les catéchines du thé vert,
  • le jus de grenade non sucré,
  • les tisanes d’hibiscus,
  • la quercétine de l’oignon,
  • le resvératrol du raisin,
  • la curcumine du curcuma,
  • le gingérol du gingembre,
  • les polyphénols du chocolat noir min73%
  • la bromélaïne de l’ananas (pas en boîte!)

Tu enrichis tes repas en oméga3: huiles végétales comme colza, noix, lin et petits poissons comme les sardines.

Tu soignes tes apports en vitamine D et K. La vitamine D car elle agit en synergie avec le magnésium et la vitamine K car son déficit entraîne une perte de contrôle des états inflammatoires. Or, la carence en vitamine K est rarement contrôlée alors que beaucoup de patients sont sous médicaments anti-vitamine K. Ce qui entraîne des risques accrus au niveau cardiovasculaire (un comble), ostéo-articulaires, et pour toutes les pathologies inflammatoires (cancer, démence …)

Tu soignes ton environnement et ton sommeil.

Tu soignes ton stress.

Forcément, comme le stress te fait uriner ton magnésium, le stress en pro-inflammatoire.

Et sur le long terme, le stress favorise:

  • le risque de dépression et d’Alzheimer, par plusieurs mécanismes: altération de l’hippocampe, accumulation de fer dans les neurone, élévation des marqueurs de l’inflammation.
  • les maladies de peaux de type inflammatoire; psoriasis, eczéma, acné…

Tu bouges!

La sédentarité te mène au surpoids, une maladie inflammatoire. A contrario, on connaît les effets anti-inflammatoires de l’activité physique. Oui, même si tu as une polyarthrite rhumatoïde et que tu penses que bouger va te faire cracher ton coeur… Plus tu es sédentaire, plus tu aggraves ta polyarthrite…

Tu dors…

Le manque de sommeil augmente les marqueurs principaux de l’inflammation.

Le manque de sommeil aggravent les pathologies inflammatoires mais malheureusement, l’inflammation… altère le sommeil.

Nous voilà dans de beaux draps! Mais comme tu as regardé ma vidéo, tu sais exactement quoi faire pour favoriser ton sommeil 😉

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée.