Toi aussi, tu deviens dingue dès 9h30 du matin?

Toi aussi, tu deviens dingue dès 9h30 du matin?

Tu te souviens, les collations de ton enfance? Le 10h, à la récré du matin. Le 4h, au retour à la maison…

Et bien moi pas! Comme quoi, à l’époque, le débat était déjà de mise: nécessaire ou superflue, quotidienne ou exceptionnelle, obligatoire ou proposée… les collations sont des habitudes familiales qui reposent le plus souvent sur les croyances de la maman. La mienne de maman ne pensait pas que je pouvais avoir faim à peine deux heures après avoir mangé ^^

Alors, finalement, les collations, nécessaires ou pas?

Le 10h.

Souviens toi de l’article sur le vrai bon petit déjeuner.

Et si tu ne vois pas comment mettre en place cette habitude santé, arrive très bientôt un chouette 5-day challenge!

Et donc, que se passe t-il lorsque tu manges des aliments à indice glycémique élevé? Mieux que des mots, le choc des photos:

le yoyo des glycémies

 

La courbe bleue:

Le petit déjeuner malheureusement trop classique chez nous, avec des aliments à indice glycémique haut. Résultat: un pic d’insuline suivi d’une hypoglycémie réactionnelle. En termes clairs: tu as mangé ton bol de Spécial K parce que c’est bon pour ta ligne et 2h plus tard, tu crèves la dalle.Ou tu as amoureusement fat la tartine de Nutella ou de confiture à ton fils et 2h plus tard, il est intenable parce qu’il crève la dalle.

La courbe verte:

Le petit déjeuner dopé, protéiné. Résultat: un pic d’insuline modéré et un retour à la normale sans hypoglycémie. Autrement dit, tu as mangé un avocat avec un peu de carpaccio de saumon et une carotte râpée trempée dans un délicieux houmous au potiron. Ou ton fils a avalé à belles dents les délicieux muffin brocoli tofu soyeux que tu lui as amoureusement confectionnés ce weekend. Tous les deux êtes capable d’attendre 13h avant de ressentir les premiers signes de famine 😉

Conséquences:

La courbe bleue, répétée quotidiennement peut avoir deux conséquences:

  • ton pancréas est épuisé et un beau jour, se retrouve en burnout. Fini. Terminé. Il ne bosse plus… plus d’insuline. C’est le diabète de type1. Tu peux commencer à te faire des injections d’insuline en sous- cutané. Youpi!
  • les récepteurs à l’insuline de tes cellules sont blasées, elles n’en veulent plus de tout ce sucre et même s’il y a de l’insuline. Tes récepteurs détournent le regard, font comme si ils ne la voyait pas {l’insuline, tu suis?}. Pom-pom-pom, j’en ai marre, il y a trop de sucre dans ma cellule, on est complet, je regarde ailleurs. Et toi, tu te retrouves en hyperglycémie permanente.C’est le diabète de type2. Tu peux commencer à revoir ton alimentation pour éviter pas mal de conséquences désastreuses des hyperglycémies (sur tes reins, ton foie, ton cœur, ton cerveau, ton immunité…) et ton médecin te prescrira un traitement que tu supporteras plus ou moins bien. Roulette russe.

Deux conséquences?

Oui, si tu as la chance de n’avoir que l’une ou l’autre forme d diabète. Mais ton organisme peut être tellement épuisé que tu peux parfaitement cumuler l’une ET l’autre. Le pancréas en burnout et la cellule blasée…. Sympa, hein, comme perspective? Tu te piques à l’insuline parce que tu es en hyperglycémie et cette insuline ne sert à RIEN parce que tes récepteurs font une grève sauvage genre SNCB…

Trop coooool!

Alors, le 10h?

Donc, ce matin, tu as fait entrer dans ton organise une grooooosse quantité de sucre. En réaction, il va y avoir une grosse sécrétion d’insuline. Pourquoi? Parce que ton corps veut absolument faire diminuer le taux de sucre circulant dans le sang, faire entrer massivement le glucose dans les cellules. Enfin, ça, c’est tant que ton pancréas et tes récepteurs fonctionnent… Mais on disait que…

Et bardaf, tu te retrouves en hypoglycémie et ce parfois peu de temps après avoir mangé ….

Et ce sont ces hypoglycémies qui mènent à l’apparition des fameuses fringales et autres coups de pompes.

Le 10h apparaît donc aux mamans comme indispensable: son enfant a besoin d’énergie pour bien travailler à l’école. Il se plaint d’être fatigué à 10h (ce sont peut être aussi les rythmes solaires imposés à nos enfants qu’il faut oser remettre en question mais c’est un autre débat ;-)). En plus, l’instit confirme: à 9h, il ne tient plus en place. Note que c’est valable pour les adultes: c’est pareil.

Il faut donc qu’il mange à 10h. C’est évident. C’est empirique.

Donc, elles glissent amoureusement, parce qu’elles l’aiment, ce petit bout d’elle, une collation dans son cartable. Au mieux, un fruit. Au pire…petite boîte de céréales, biscuits, cake, barre chocolatée… Le tout généreusement arrosé d’un jus de fruits (quand tout va bien) ou d’un soda…

 

Un cercle vicieux!

Et le cercle vicieux des hyperglycémies recommence- même avec le fruit-  et se chronifie (du verbe chronifier, tu sais, devenir chronique. Si, si, il existe, ce verbe, je suis sûre qu’il est dans le dico ^^).

D’autant plus que, généralement, le repas de midi est souvent composé en trop grande partie de glucides faussement étiquetés comme lents, comme le pain ou des aliments riches en amidon. Tu vois un peu la courbe bleue, répétée 3x entre 7h du matin et 13h? Ça fait mal, hein?

Pourtant, c’était logiquement déduit d’observations absolument correctes: le petit a un coup de pompe à 10h et il crève la dalle. Mais la réponse n’est pas adéquate et conduit à l’obésité, au diabète et a également des répercussions sur les apprentissages, la mémorisation et même sur l’immunité de nos (grands) bébés.

En réagissant plus en amont, en améliorant le petit déjeuner, non seulement le 10h n’est souvent plus nécessaire mais en plus, la santé globale des enfants s’en trouve grandement améliorée. Pour cela, il est primordial de privilégier les aliments qui n’engrangent qu’une faible sécrétion d’insuline.

Oui mais…

Et si, malgré un vrai bon pti dej, ton bout de chou se plaint d’avoir faim à 10h?

A-t-il faim ou a-t-il envie de faire comme les autres? S’il a vraiment faim, des solutions easy à emporter existent. Si si, patience! Je met la dernière main à la pâte d’un projet qui me tient particulièrement à cœur 😉 Je t’en parle bientôt!

Faciles oui mais…. qui préservent la santé mentale du pancréas et des cellules de notre organisme 😀

 

Et le 16h?

Lui, par contre, il peut être intéressant pour diminuer la sensation de faim en soirée et donc diminuer l’apport calorique du souper. Mais aussi pour permettre au tryptophane d’arriver au cerveau afin de passer une bonne soirée et une bonne nuit.  Si du moins, on fait de bons choix 😉 : c’est le moment du fruit et du chocolat (70%).

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée.