On salue une nouvelle venue dans le monde de l’aromathérapie: Roha

On salue une nouvelle venue dans le monde de l’aromathérapie: Roha

Pranarôm commercialise depuis peu deux nouveaux produits dont l’huile essentielle de base est celle de Roha.

Je n’en avais jamais entendu parlé pendant toutes les formations suivies chez eux. J’ai donc voulu creuser un peu le sujet.

Le Roha, qu’est-ce que c’est?

Un petit comique qui aime brouiller les cartes en se faisant appeler de divers noms: Roha, Tandroha, Tandroraha, Mandrofo, Mandrorofa, Mandrorofy. Mieux vaut chercher avec son nom latin: Hymenaea verrucosa.

Un arbre présent sur la côte est de Madagascar. Toujours vert, en forme de parasol et pouvant atteindre 24 mètres de haut, il possède des feuilles persistantes plates et couronnées et des fleurs jaunâtres.

Son fruit rouge-brun est couvert de pustules. Quant aux graines, très résistantes, elles sont intéressantes pour l’artisanat et la bijouterie.

Roha est déjà bien connu pour sa résine dure, le Copal, extrait de ses racines, son tronc et ses fruits pour en faire de l’encens utilisé par les populations malgaches au cours des cérémonies du Tromba. Chaque participant au tromba doit apporter une parcelle de résine qu’il place dans une coupe, comme symbole d’une manifestation de vie qui se régénère périodiquement.

En malgache, rofo signifie qui provoque la cicatrisation des boutons de variole, un nom à mettre en relation avec la forme de son fruit pustuleux.

Son huile essentielle sur le plan physique.

Partie distillée : Feuilles
Molécule principale : Sesquiterpènes

Une aide précieuse pour la peau.

L’HE de Roha est très intéressante pour contrer les problèmes cutanés tels que l’acné. Elle peut faire une belle synergie avec Tea tree.

Elle est aussi efficace contre les brûlures, les coupures et les plaies infectées. Tout ça grâce à ses propriétés antidouleur, antiseptique, bactéricide, astringent. Il y a de belles synergies à faire avec la Lavande aspic, par exemple.

Elle possède également des propriétés anti hématome et cicatrisante, comme l’Immortelle.

Une HE de choix pour les problèmes circulatoires.

Ses Sesquiterpènes font de l’HE de Roha un allié pour les problèmes de phlébite, d’hémorroïdes, de stases veineuses, de varices, d’œdèmes des membres inférieurs, de drainage lymphatique, de rétention hydrolipidique puisqu’il est décongestionnant veineux et lymphatique. On retrouvera donc l’HE de Roha dans les huiles de massage des jambes lourdes mais aussi dans les crèmes anti-cellulite.

Une alliée contre les inflammations articulaires.

L’HE de Roha peut être ajoutée dans les mélanges contre l’arthrose, l’arthrite, la tendinite, la sciatique, le lumbago, les rhumatismes, les crampes et les contractions musculaires et articulaires. Elle renforcera notamment l’action anti-douleur et anti-rhumatismale.

Et sur notre corps énergétique?

Difficile à dire, puisque actuellement, on ne trouve de Roha qu’en synergie, pas encore en produit unitaire. On peut éventuellement regarder du côté du Copal, un encens d’accueil et de bienveillance.

Le mot Copal vient du monde Maya. Selon leur religion, il fallait brûler du Copal tous les jours afin de s’occuper de leurs dieux. Mais aussi pour se purifier et purifier leur environnement, pour favoriser les récoltes, pour pacifier l’atmosphère.

Le Copal de Madagascar, utilisé lors des cérémonies de désenvoûtement, purifie les lieux.

De là à penser que l’HE de Roha favorise la méditation et le développement de la spiritualité, il n’y a plus qu’un pas. Ou pas 😉

Il n’y a plus qu’à espérer trouver de l’HE de Roha et la tester.

En attendant, si vous êtes sujet aux maux de têtes ou si votre peau souffre d’acné, vous pouvez tester l’un des deux produits Pranarôm:

huile essentielle de Roha

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée.